à Bibracte une résidence fixe

Écluse.Des fouilles pratiquées sur ce plateau, au début des explorations, parM. le vicomte d'Aboville, ont mis à jour les substructions de plusieursmaisons construites avec un certain luxe, et renfermant même desmosaïques,bien qu'on n'y ait trouvé que des médailles gauloises.On rencontra dans ces fouilles les aqueducs et les premières sallesd'une vaste habitation, dont les proportions dépassent tout ce qui a étédécouvert jusqu'à ce jour au mont Beuvray.Cette maisondite du ParcauxChevauxest construite sur le plan desmaisons romaines, mais nous n'hésitons pas à l'attribuer aux dernierstemps de l'indépendance de la Gaule, car on y a trouvé quarantemédailles gauloises et pas une seule médaille de l'empire.Elle se composecomme les maisons luxueuses de l'antiquitéd'un_atrium_ entouré de couloirs ou _fauces_ qui desservent lesappartements distribués sur les quatres faces.Pendant les trois années qu'ont duré les fouilles de ce vaste bâtiment,on chercha inutilement l'entrée principale aux trois parties les mieuxexposées, sud, est, ouest, et c'est avec surprise qu'à la fin du travailon la découvrit en plein nord dans des conditions qui prouvent que nosaïeux étaient aguerris contre les intempéries des saisons et la rudessede _l'Hiems gallica_.On accédait au seuil par des marches de granit conduisant à un petitvestibule couvert, qui débouchait luimême sur une cour; d'autres courss'étendaient à droite et à gauche et étaient entourées de dépendancesconsidérables.Les appartementsdans plusieurs desquels on a reconnu des traces demosaïque, des carrelages carrés et triangulaires en schiste ou forméspar des briquettes posées sur champ et imitant la feuille de fougère,comme nos parquets, des traces de placage en calcaire oolithique autourdes piedsdroits des portes, des cheminées aux _brasseros_ en briquesparfaitement construits...font de cette maison une sorte de petitpalais dont il nous est impossible de préciser la destination, mais quenous oserions presque attribuer au vergobret si nous avions l'assuranceque ce magistrat suprêmepris dans toutes les parties de la citéindistinctementavait à Bibracte une résidence fixe. Dans cettehypothèse, il faudrait admettre que les Gaulois possédaient desbâtiments publics.Une belle source, située dans l'arrièrecour, et qui, depuis s'est faitjour par dessous le massif de glaise sur lequel repose l'habitation, vaformer la fontaine du _LoupBourrou_, qui sort à 150 mètres plus loin,et conserve encore aujourd'hui une partie de sa voûte gauloiseconstruite en tuileaux et en terre glaise.Le bâtiment dont on vient de parlerétabli dans une anfractuosité quile mettait à l'abri des coups de vent et de la foudreétait adossé ducôté du levant aux pentes que coupe la grande voie du Rebout et situé lelong d'une chaussée empierrée, non encore explorée.Au nord et à l'ouest s'étendent de vastes espaces couverts de ruines,principalement dans le bois dit _des Queudres_, et à la pointe du_Theureau de la Roche_.Entre ce mamelon et le rempart se dresse le rocher de la_PierreSalvée_. L'analogie de ce rocher avec la _Pierre dela Wivre_ permet d'y voir une tribune de justice.Au sud de ce quartier jusqu'à la fontaine SaintPierre et même audelà,les mouvements du terrain indiquent d'autres ruines où quelques sondagesont été pratiqués: on y a découvert entre autres une vaste écurie dontles casesau nombre de quatrevingtsformées par des poteauxcarbonisés, à un mètre de distance les uns des autres, devaient servirnon à des chevaux mais à des boeufs,pour qui cet espace étaitsuffisant. L'aire d'une grande cheminée demicirculaire de 1m 70 dediamètre, composée d'un béton de tuileaux et de terre glaise dur commela pierre, de 0m 80 d'épaisseur, a été trouvée derrière cette écurie.La fontaine SaintPierre, située à quelques pas de là, se répand dans unespèce de massif bétonné, entouré de murs, et dans lequel on a trouvé ungrand nombre de tuiles à rebords provenantselon toute apparencede lachute d'une toiture de lavoir.LE CHAMPLAIN.A

留言

发表留言














只对管理员显示


引用